Home » Ving Tsun Kung Fu

Ving Tsun Kung Fu

Le Ving Tsun est un style du wushu traditionnel qui vient du sud de la Chine.

Le Ving Tsun est un style direct

L’histoire exacte de celui-ci est encore aujourd’hui un sujet de débat. Ce qui est incontestable, c’est que Yip Man, né en 1893 à Foshan en Chine et mort en 1972 à Hong Kong, fut l’un des personnages les plus influents dans le développement du style.
Il crée à Foshan un centre de formation aux arts martiaux et puis, plus tard, dans des années 50 et 60, des écoles à Hong Kong.

Yip Man a formé plusieurs maîtres de Ving Tsun, parmi lesquels Wong Shun Leung. Celui-ci n’a jamais cessé de tester et améliorer ses capacités dans des combats réels sur les toits de la ville, c’est ainsi qu’il a acquis une notoriété indiscutable en tant que Gong Sao Wong, « Roi de parler avec les mains ». Wong Shun Leung lui-même a enseigné le Ving Tsun à Bruce Lee, légende des arts martiaux chinois. Et, encore plus important pour le Ving Tsun moderne, Wong Shun Leung, avant sa mort en 1997, a formé des maîtres non-chinois qui ont introduit sa philosophie/méthode de combat à l’occident. Parmi ceux-ci, Clive Potter en Angleterre, David Peterson en Australie, Barry Lee et Philipp Bayer en Allemagne.

Simple, direct, efficace

Le Ving Tsun est un style direct, simple et agressif.
Il s’agit d’utiliser la structure et l’alignement du corps, les déplacements et angles d’attaque pour réduire les possibilités de l’adversaire et pour le maîtriser dans le combat rapproché.
Il est basé sur des concepts scientifiques et pragmatiques, comme l’économie de mouvement, la théorie de la ligne centrale, les principes de déviation de force et la jonction cinétique.

Le Ving Tsun est très logique. Tant que l’art reste logique, peu importe comment tu l’appelles et peu importe si ce que tu fais n’est pas exactement du Ving Tsun en tant que tel. Si c’est logique, si ça marche, tu peux l’utiliser pour que ton art soit ton esclave et pas ton maître.

- Wong Shun Leung -

Attaquer dans l’attaque de l’adversaire

Exercice au sac de frappe

Quand un adversaire nous attaque et que nous essayons de nous défendre contre les « symptômes de l’attaque » (coups de poings et de pieds), le problème de l’attaque même n’est pas résolu mais repoussé, et on se retrouve dans une situation de « chasser les mains », en réagissant à l’action de son adversaire, au lieu d’agir.

En revanche, le Ving Tsun suit dès le départ un autre concept : il permet de maîtriser l’attaque de l’adversaire à sa source et de l’ « éteindre ». L’entraînement est construit pour développer entre autre le timing, la compréhension de la distance et de l’espace, la connaissance des chemins et des structures (construire et se servir de sa force), qui sont la base de cette conception du combat. Il faut ajouter que le Ving Tsun utilise des principes minimalistes.

Contrairement à d’autres styles qui développent pour chaque problème une technique différente, le Ving Tsun se contraint à utiliser la manière la plus directe et la plus simple et essaye de la perfectionner.

Site de Sean Wood (Ving-Tsun Lille)

Le professeur : Sean Wood

Je suis né en 1966 à Yakima, dans l’état de Washington aux Etats-Unis.
Après 14 ans passés en Allemagne, j’ai décidé de m’installer en France pour arriver dans la région lilloise il y a peu.

Dès l’âge de 12 ans, j’ai commencé à pratiquer les arts martiaux : Tae Kwon Do (Maître Sun Duk Choi), Liu He Men Kung Fu (Maître Liang Chao Qun) et Yang Taï Chi Chuan (Maîtres Liang Chao Qun et Yang Zhen He)…
Pendant 15 ans, j’ai été danseur professionnel dans différents théâtres aux Etat-Unis, puis en Allemagne.

C’est là-bas, à Bielefeld, que j’ai ouvert avec ma collègue Faridah Jensch l’école de Wushu traditionnel Wu Yi.
Notre ambition était d’offrir des styles internes et externes sous un même toit : cours de Qigong, de Taï Chi Chuan et de Liu He Men Kung Fu, ainsi que des sessions hebdomadaires de combats libres ouverts à tous.
Nous avons aussi organisé plusieurs stages dans les différents styles (Liu He Men, Qi Gong, Ziran Men, Taï Chi Chuan et Ving Tsun) avec des Maîtres reconnus internationalement tels que Liang Chao Qun, Yang Zhen He et Philipp Bayer.

Parallèlement, j’ai fait parti du programme sportif de Bertelsmann, grande entreprise allemande, en association avec la BKK, l’une des assurances maladies, pour qui j’ai organisé des stages « découverte » tout comme des cours réguliers de Taï Chi Chuan et Taï Chi Qi Gong.
J’ai également enseigné le Taï Chi Chuan pour les danseurs et chanteurs du Théâtre de Bielefeld pendant 2 ans.

En 2003, j’ai rencontré Michael Kurth, ancien élève de Philipp Bayer. C’est celui-ci qui, par sa passion pour l’enseignement et son excellence dans le combat, m’a convaincu de commencer mon apprentissage du style de boxe chinoise appelé le « Ving Tsun ». Je suis son enseignement depuis presque 10 ans et continue de me former auprès de lui.

Depuis 2009, je suis titulaire du Diplôme d’État de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport (DEJEPS) Spécialité « Entraînement sportif », mention « Arts martiaux chinois internes et externes » du Ministère de la Santé et des Sports français.

Depuis mon arrivée en France, je poursuis mon but de partager l’enseignement du Ving Tsun et du Taï Chi Chuan dont j’ai bénéficié… Tout simplement !